Site web Rémy Kurowski - 2017/10/14 - Méditation personnelle - Modern style

2017/10/14 - Méditation personnelle - Modern style

attention open in a new window ImprimerE-mail

Suite 


Elle entendait la même sonnerie que tout le monde. Dans son téléphone cela ne sonnait jamais puisqu'elle n'était connectée à aucun réseau, puisque sans abonnement. La sonnerie, elle l'entendait  surtout quand elle était dans la rue ou par la fenêtre de sa maison lorsqu'un passant égaré s'y trouvait. N'entendre la sonnerie que de l'extérieur, chez les autres, elle n'était pas à ce détail près. Grâce à tous ces passants, elle communiait avec le monde extérieur dont elle faisait désormais  fièrement partie. 
Elle entendait le même son de cloche que tout le monde. Trois notes de musique. Au début elle ne faisait pas attention à ce bruit, certes mélodieux mais qui s'ajoutait à d'autres bruits. Rien de plus qu'un bruit de plus. Il se répétait souvent dans des endroits différents de la ville. A chaque fois elle remarquait que quelqu'un, se sentant concerné, sortait un objet bizarre de sa poche ou de son sac. Et il parlait. Ils  se parlaient à  eux-mêmes. Au début elle trouvait cela étrange. Elle savait se parler à elle-même. Mais elle n'avait nullement besoin d'un machin pareil pour le faire. Et quand cela la prenait, elle pouvait le faire n'importe où et à tout moment de la journée. Il paraît qu'elle parlait aussi dans son sommeil. Mais avoir besoin d'une boîte pour parler, comme on a besoin d’un chiffon pour se moucher, ça lui coupait le souffle. Mais c'était autrefois. Dans une autre vie. Certes, il pleut toujours dans la moitié de la pièce qu'elle occupe dans sa maison bien à elle. Mais la vie n’est plus la même.


Maintenant, elle trouve cela normal voire même  agréable. Comme un chant d'oiseau qui manquerait à la ville. 


Ce n'était plus les appels à l'Angelus ou la devinette pour savoir pour qui sonne le glas. Sûrement pas pour celui qui l'entend. Cela,  elle le comprenait bien, comme tout le monde. Elle, connectée au monde réel composé de gens qui tant qu'ils respirent semblent en vie. Laquelle? A chacun de le savoir. Et encore.