Site web Rémy Kurowski - 2002/01/06 - Texte personnel - Conte de l'Épiphanie

2002/01/06 - Texte personnel - Conte de l'Épiphanie

attention open in a new window ImprimerE-mail

Le quatrième mage.

           Il a rencontré les trois autres quand ils étaient déjà sur le chemin de retour. Joyeux, ils rentraient par un autre chemin pour ne pas rencontrer le Roi Hérode. Ils ont tout raconté au quatrième mage: les présents qu'ils avaient apporté; l'or, l'encens et la myrrhe. L'accueil qu'ils ont reçu de la part de Joseph et de Marie, le sourire de l'Enfant qui recélait la divinité non encore avouée. Mais pour eux, c'était l'Epiphanie. La manifestation de la divinité: l'or apparaît comme un hommage à la royauté du Christ, l'encens à sa divinité. La myrrhe, cette résine parfumée avec laquelle l'on embaumait le corps des morts annonce la crucifixion et le sépulcre.
           Le quatrième mage a bien retenu tout cela: l'or et l'encens, il comprenait bien la signification, mais la myrrhe? Il est parti en chemin, mais le chemin était long, très long; et puis, il était tout seul. Après bien des péripéties, découragé, se croyant avoir raté le rendez-vous, il parvient à proximité de Jérusalem. De loin il aperçoit une foule marcher, ils s'y rapproche, en effet, il y a une petite foule qui marche derrière des soldats qui pressent un condamné à avancer. Le mage est très près d'eux. On l'arrête et on l'oblige à porter la croix du supplicié.
          Au pied de la Croix, le mage découvre celui qu'il avait cherché, dont les trois autres mages avaient parlé.  A chacun son Epiphanie.

    ***

          Ce quatrième mage c'est chacun de nous. Avons-nous déjà rencontré les trois autres qui nous disent tout de cet Enfant: sa royauté, sa divinité, sa passion aussi. Les avons-nous vraiment rencontrés, ces trois mages, dont le premier (Gaspard) selon la vieille tradition  est représenté comme un homme  en âge avancé, un autre (Melchior) comme un adolescent et le dernier (Balthasar) comme un homme adulte en plein force?
          A chacun son Epiphanie et à tout âge son Epiphanie. Pour cela, si vous entendez des personnes âgées raconter toujours la même chose, radoter en somme, même si cela vous agace parfois, vous n'avez pas d'autre choix que d'accueillir le contenu d'un tel message de Vie, parce que c'est seulement cela que nous retenons de l'expérience des autres. Ne nous en privons pas.