Site web Rémy Kurowski - 2018/04 - Méditation personnelle - Moscou

2018/04 - Méditation personnelle - Moscou

attention open in a new window ImprimerE-mail

"L'essence de la tyrannie est le refus de complexité" d’après le philosophe Jacob Burckhardt.


Le début de la foi, c'est l'acceptation de l'amour trinitaire. Cet amour trinitaire est complexe pour des yeux extérieurs. Il est pourtant si simple, car fluide, une fois son mouvement d'invitation épousé en réponse par le croyant qui, lui, se situe désormais dans une constante montée vers un tel amour. C’est dans de telles épousailles entre le croyant et amour divin que la simplicité n'est pas tyrannie. Car cette simplicité n'est pas de ce monde. C'est le seul cas où la simplicité n'est ni tyrannique, ni dangereuse. Elle est une simplicité d'amour qui a Dieu pour source, qui l'a aussi pour chemin et jusqu'à destinée ultime. Et cela mérite d'être dit, si possible le plus simplement aussi.


Un verre à moitié vide est toujours à moitié plein. Et plein tout court car entièrement rempli de l'amour de Dieu. Le baptême remplit de cet amour qui laisse la soif de Dieu s'installer de façon droite, juste et confiante.


Le parfum du Saint Chrême, reconnaissable par le nez, est le « sens «  de la foi. Katia qui a changé de parfum a perturbé Victoria qui ne la reconnaît plus.